Exigeant

P.R.I.V.E.

10 janvier 2009

Manifestations pour rester humains

Je serai présent à la manifestation parisienne, juste pour pouvoir continuer à me regarder dans la glace sans avoir à me dire : je savais et je n'ai rien fait !

Rendez-vous à 15h ce samedi, place de la République.


banniere_mobilisation_gener



J'y serai pour m'élever contre ça :

  • Le refus d'Israël d'appliquer la résolution de l'ONU (une de plus)
  • Le refus d'Israël de respecter son obligation de porter assistance aux blessés
  • L'utilisation de bombes à l'Uranium Appauvri voir les explications ICI
  • La volonté délibérée d'Israël de prendre un peuple en otage
  • Le refus d'Israël d'autoriser la presse internationale à faire son travail. Voir ICI
  • Le refus d'Israël de respecter la loi internationale
  • La souffrance, la peur et la faim d'une population soumise à un blocus depuis 18 mois.

Mais j'y serai aussi pour réclamer la comparution des dirigeants Israéliens devant le Tribunal Pénal International pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité.

Vous trouverez ICI les rendez-vous de toutes les manifestations, partout en France et à l'étranger.

--@--

 

Posté par Exigeant à 00:14 - Réactions... - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 janvier 2009

Communiqué du CICR

Depuis quelques jours, j'essaie de trouver des informations fiables, passant pas mal de temps sur de nombreux sites, hostiles ou favorables à l'agression israélienne de la bande de Gaza et ses habitants.

Il semblerait que la trêve de 3 heures par jour ait été jugée suffisante par les médias officiels, puisqu'à voir ou écouter, télés, radios, journaux en ligne la neige sur Marseille soit de loin plus importante que le génocide auquel nous assistons.

Comme je l'ai dit dans un commentaire ici, la trêve de 3 heures semble déjà n'être pas respectée partout, ni hier ni aujourd'hui (voir la conférence de presse téléphonique du MSF de Gaza).

Il semble se vérifier aussi qu'il s'agit véritablement d'une entreprise d'extermination de tous les Palestiniens (personnes âgées, femmes et enfants compris) qui se déroule. Hier bombardement délibéré d'un bâtiment de l'ONU (plus de 40 morts) et depuis le début du "conflit" interdiction faite aux secouristes d'accéder aux blessés et victimes dans les zones de combat.

Voir à ce sujet le communiqué 09/04 du Comité International de la Croix Rouge, qui peut difficilement être suspecté de partialité :

"
Gaza : l'armée israélienne n'assistant pas les blessés palestiniens, le CICR demande d'urgence l'accès à ces derniers

Genève/Jérusalem/Tel-Aviv (CICR) – Dans l'après-midi du 7 janvier, quatre ambulances du Croissant-Rouge palestinien et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont réussi à obtenir pour la première fois l'accès à plusieurs maisons touchées par les bombardements israéliens dans le quartier de Zeitoun, à Gaza.


Le CICR avait demandé depuis le 3 janvier que les ambulances puissent accéder à ce quartier en toute sécurité, mais il n'a obtenu l'autorisation des Forces de défense israéliennes que l'après-midi du 7 janvier.

Dans une des maisons, l'équipe du CICR et du Croissant-Rouge palestinien a découvert quatre petits enfants à côté de leurs mères respectives, mortes. Ils étaient trop faibles pour se lever tout seuls. Un homme a également été trouvé en vie, trop faible pour se mettre debout. Au total, au moins 12 corps gisaient sur des matelas.

Dans une autre maison, l'équipe de secours du CICR et du Croissant-Rouge palestinien a découvert 15 survivants de l'attaque, dont plusieurs blessés. Dans une troisième maison, l'équipe a trouvé trois autres corps. Des soldats israéliens occupant un poste militaire à 80 mètres de cette maison ont ordonné à l'équipe de secours de quitter la zone, ce qu'elle a refusé de faire. Plusieurs autres postes des Forces de défense israéliennes se trouvaient à proximité, ainsi que deux tanks.

« Cet incident est choquant », a déclaré Pierre Wettach, chef de la délégation du CICR pour Israël et les territoires palestiniens occupés. « Les militaires israéliens devaient être au courant de la situation, mais ils n'ont pas porté secours aux blessés. Ils n'ont pas non plus fait en sorte que le CICR ou le Croissant-Rouge palestinien puissent leur venir en aide. »

De grands murs de terre construits par l'armée israélienne empêchaient les ambulances de pénétrer dans le quartier. Les enfants et les blessés ont donc dû être transportés vers celles-ci sur une charrette tirée par un âne. Au total, l'équipe de secours du CICR et du Croissant-Rouge palestinien a évacué 18 blessés et 12 autres personnes absolument épuisées. Deux dépouilles ont également été évacuées. L'équipe de secours ira chercher les dépouilles restantes jeudi.

Le CICR a été informé que davantage de blessés avaient trouvé refuge dans d'autres maisons détruites du quartier. Il demande à l'armée israélienne de lui permettre immédiatement, ainsi qu'aux ambulances du Croissant-Rouge palestinien, d'accéder en toute sécurité à ces maisons et de chercher d'autres blessés. Les autorités israéliennes n'ont toujours pas confirmé au CICR qu'elles lui autoriseraient l'accès.

Le CICR estime que dans le cas présent, l'armée israélienne n'a pas respecté son obligation de prendre en charge les blessés et de les évacuer, comme le prescrit le droit international humanitaire. Il juge inacceptable le retard avec lequel l'accès a été donné aux services de secours."

De telles pratiques sont inhumaines, inacceptables et relèvent des tribunaux internationaux en tant que crimes de guerre.

De telles pratiques déshonorent les dirigeants de l'état d'Israël qui prétendent combattre le Hamas au nom de la lutte internationale contre le terrorisme.

Nous devons nous battre pour imposer un cesser le feu immédiat !

Il en va de la vie de centaines de femmes, d'enfants, d'innocents !

--@--



Posté par Exigeant à 18:31 - Exigeant - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 janvier 2009

Les enfants de la guerre...

40 morts à Gaza dans une école de l'ONU bombardée, alors que le sigle de l'ONU était visible même en haute altitude et que tous les bâtiments de l'ONU sont identifiés et repérés (source france-info ce soir).
15 à 20 000 personnes, que des civils, se sont abrités dans les bâtiments de l'ONU pour fuir la guerre et les bombardements.
Volonté délibérée de l'état d'Israël de cultiver la peur, la panique en empêchant la population captive de fuir.
Comment appeler de tels actes si ce n'est de crimes de guerre ?

Comment ne pas plaindre les Israéliens qui soutiennent la guerre à 95% semblerait-il ?
Oui comment ne pas les plaindre quand la barbarie s'empare de tout un peuple ?
Comment qualifier autrement, que de barbares, un peuple qui permet, qui incite, ses enfants à signer les bombes qui vont être déversées sur un peuple désarmé.

enfants_d_israel
Photo datant de 2006 pendant la sale guerre contre le Liban, trouvée ICI


Le résultat :


gaza3
photo trouvée ICI


Comment est-il imaginable de penser que ces enfants devront se parler dans quelques années pour instaurer une Paix juste et durable ?

--@--

Posté par Exigeant à 18:32 - Exigeant - Commentaires [6] - Permalien [#]

Israël creuse sa tombe

Laissé en commentaire par photoeil (merci à toi) l'analyse de Rachid BENZINE me semble suffisamment juste et pertinente pour figurer ici.
Il y a de ma part, l'indignation et la rage devant l'horrible drame de Gaza, mais aussi une réflexion à plus long terme sur les conséquences de cette politique de folie, à courte vue, d'Israël.
J'aurai l'occasion d'y revenir...


Ainsi, c’est par un massacre que l’Etat d’Israël a choisi de clore l’année 2008. Toutes les télévisions du monde ont donné à voir ces effroyables images de policiers palestiniens de la bande de Gaza, agonisant dans d’effroyables souffrances après avoir été fauchés par les bombardements de l’armée israélienne. Deux cent cinquante morts pour la seule journée du 27 décembre. Des civils (les policiers ne sont pas des combattants) victimes d’un raid où il s’agissait de tuer massivement, afin de semer la terreur, d’effrayer.


Y a-t-il une différence avec les massacres qui ont récemment été perpétrés en Inde par des jeunes gens fanatisés, ou avec les attentats meurtriers qui se déroulent presque quotidiennement en Irak ? La qualification de « crime terroriste » serait-elle réservée aux groupes qui ne sont pas officiellement mandatés par des Etats ? Israël prétend agir ainsi pour sa sécurité, en réponse aux attaques dont son espace territorial fait régulièrement l’objet de la part de combattants palestiniens. Mais que produit un pareil massacre ? Davantage de haine. Encore plus de désir de détruire Israël. Une rage encore plus grande chez les jeunes Palestiniens qui ne peuvent nourrir aucun autre rêve que celui de se venger.


Israël vit dans l’illusion que c’est en terrorisant les populations des Etats voisins, qui lui sont globalement hostiles, qu’il garantira son avenir. Il croit dans la religion de la force. Mais plus l’Etat hébreu agit ainsi, plus il suscite des vocations de combattants, et particulièrement des vocations de kamikazes. Devant les images de civils palestiniens agonisant, ce sont tous les Arabes et les Musulmans du monde entier qui éprouvent des sentiments de colère et des envies de châtier Israël à son tour. Depuis 1948, année de sa création, l’Etat d’Israël est parvenu, de fait, à venir à bout de toutes les menaces qui ont pesé sur son existence.


Mais combien de temps cela peut-il encore durer ? Les trois cents millions d’humains qui entourent Israël sont des barils de colère. Trois cents millions d’êtres qui n’en peuvent plus de l’humiliation à travers le déni et le mépris que subissent leurs frères palestiniens. Selon Olivier Abel « Le fort devient toujours plus barbare avec le faible, il faut donc armer le faible d’un contre pouvoir. Pour que la barbarie s’arrête, il faudrait retrouver le sens « épique » : traiter l’ennemi avec équité, avec respect, avec admiration même, comme David épargnant Saül ».


Gaza, ce terrifiant ghetto où sont enfermés, emmurés, un million et demi d’hommes et de femmes qui s’efforcent de survivre dans une misère insoutenable et cette terrifiante pénurie d’eau potable. Comment imaginer que, dans pareille situation, plusieurs dizaines de milliers de jeunes ne sont pas prêts à combattre jusqu’à la mort ? Israël peut tuer deux cents d’entre eux chaque jour, il y en aura toujours autant, et plus encore, qui seront prêts à aller se faire exploser au coeur des quartiers juifs quand l’occasion s’en présentera. Folie d’Israël qui creuse lui-même sa tombe.


Folie d’Israël qui génère la violence dont il se protège. Folie d’Israël qui, à l’époque de la suprématie de l’OLP, a tout fait pour favoriser le développement d’un mouvement islamiste voulu comme concurrent, et qui aujourd’hui fait tout pour le diaboliser. Or quand Israël agit avec barbarie, Israël œuvre pour la gloire de ce Hamas. Dans toute la Palestine d’abord. Dans tout le monde arabo-musulman in fine.


.


RACHID  BENZINE

Chargé de cours au Master Religion et Société. Institut d’Etudes Politiques D’Aix en Provence. Chercheur associé à l’observatoire du religieux (Aix en Provence).

--@--

Posté par Exigeant à 10:46 - Leurs mots - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 janvier 2009

Gaza au coeur...

Les mots de Céleste

Autour de Gaza

Ils ont installé leurs chaises pliantes sur la colline, à l’orée de leur ville. Assis côte à côte, ils  se passent des jumelles.
Se réjouissent, commentent. Contemplent dans le ciel les arabesques des fusées. Sursautent parfois quand l’impact se fait trop fortement entendre.
Pourtant ce n’est pas un joyeux feu d’artifice qu’ils admirent en bavardant, sûrs de leurs droits et confiants dans l’avenir.
C’est la mort.

Ils marchent dans la nuit de Gaza. La peinture verte sur leurs visages, comme un masque. Ils ont vingt ans. Ils obéissent.
Prêts à tuer, à éliminer la vermine lanceuse de roquettes.
Sont-ils aussi prêts à mourir ?
Ont-ils peur ?
Ou sont-ils galvanisés par la cause qu’ils défendent et qu’on leur a inculquée depuis l’enfance ?
Ont-ils conscience du massacre qu’ils sont en train de commettre ?
A quoi pensent-ils ces jeunes gens qui foulent, l’arme au poing, une terre dont l’ennemi a déclaré qu’elle serait leur tombeau ?

Eux aussi ont vingt ans. Durant toute leur enfance, toute leur adolescence ils ont connu l’occupation, la pauvreté.
Dans les enclos des colons les fruits murissaient au soleil.
Puis les occupants ont plié bagages, dévasté les champs et les fermes, brulé, détruit.
Et les mâchoires du piège se sont refermées sur les Gazaouis.
Leurs déplacements sont limités. Ils n’ont pas de travail, pas de nourriture, pas d’électricité. Prisonniers sur une étroite bande de terre, coincés entre la mer et le pays des colons, l’orgueilleuse et cruelle Israël, ils tournent en rond dans leur geôle.
Oubliés, méprisés, sans futur.
A la mosquée ils se retrouvent et les paroles les pénètrent. Lors de réunions clandestines, on leur dit qu’ils sont fiers et dignes et que pour la liberté il est juste de mourir comme il est juste de tuer. Que celui qui se sacrifie pour la cause de son peuple est un héros.
Le sang qui piaffe dans leurs veines crie qu’ils n’ont rien à attendre de cette vie-là. Que leur destin est scellé: humains de seconde zone privés de liberté, que l’occupant voudrait larbins, ployant leurs échines sous les ordres, devant sans cesse justifier leurs identités.
Leur véritable identité, c’est Hamas qui la leur donne, avec la fierté de défendre leur territoire.
Avec mon âme, avec mon sang, je te défendrai Gaza

Elle est blonde, c’est une femme de pouvoir, sûre d’elle. En tant que ministre des Affaires Etrangères, elle répond aux questions des journalistes « Israël, estime-t-elle, distingue la guerre contre le terrorisme, contre le Hamas, de la population civile. Ce faisant, nous maintenons la situation humanitaire à Gaza exactement comme elle doit être ».

Exactement comme elle doit être :

Ils se terrent dans leurs maisons dévastées. Ils tremblent de peur. Ils ont faim, froid, soif. Ils sont exténués.
Leur terre est devenue “lit de sang”, leur ville champ de ruines, les égouts sont à ciel ouverts, l’eau gicle des tuyaux et les seules lumières qui trouent la nuit sont celles des fusées mortifères.
Dans les hôpitaux bondés les victimes expirent lentement, se vidant de leur vie. Personne ne peut les soigner.
Elle hurle de douleur, tous ses enfants sont morts dans le fracas rougeoyant des bombes.
Il pleure, son fils aîné a été amputé des deux jambes, le deuxième, le troisième et le quatrième ont été emportés par un obus, le sixième git sur un brancard, la jambe broyée, il se tord de douleur. Il a douze ans.
Comme d’incessants et monstrueux moustiques les drones survolent leurs abris. Les avions dansent dans le ciel, le roulement sourd des chars fait trembler le sol.

S’ils avaient des jumelles et le loisir de les utiliser, les habitants de Gaza pourraient voir, au loin sur la colline, les chaises pliantes des habitants de Sderot.

--@--

Posté par Exigeant à 15:50 - Leurs mots - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 janvier 2009

Gaza la réalité d'un massacre !

Edit du 5/01/09 à 17h.

Il s'avère que la vidéo amateur que j'ai publiée hier, ici même dans cet article n'était pas ce qu'elle prétendait être. Elle date de septembre 2005.

Pour plus d'explications, voir ICI et ICI.

Quoi qu'il en soit, cela ne retire rien aux souffrances et aux drames vécus à Gaza. Je déplore juste le manque d'informations fiables provenant de Gaza. Cela est dû essentiellement à l'interdiction formelle du gouvernement israélien de toute présence de journalistes à Gaza. Et ce bien avant la guerre mais depuis près de 2 ans, pour tenter d'éviter tout témoignage sur le blocus datant de 2007. De la même façon, les journalistes palestiniens gazaouis sont strictement interdits de sortir.

Nous devons savoir également que toutes les images diffusées dans le monde, prises du territoire israélien, sont l'objet d'une censure militaire méthodique et je ne parle même pas de celles fournies par l'armée israélienne elle-même.

Interdiction des journalistes. Interdiction pendant 3 jours de pénétrer à une équipe médicale de la Croix-Rouge Internationale, entraves régulières à la venue des représentants des organisations internationales, bombardement des bureaux du Coordonnateur spécial de l'ONU à Gaza... La liste est longue !


Scène tournée avec un téléphone portable sur un marché de Gaza, début janvier 2009...

 

Posté par Exigeant à 18:25 - Réactions... - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 décembre 2008

Interlude...

Fin d'année 2008. Derniers préparatifs avant le réveillon. La maison sera pleine, d'adultes et de jeunes.
Peut-être bien la maison du bonheur quelques heures. Mais ça me va bien.
Je n'oublie rien ni personne.
Surtout pas les souffrances et les drames vécus ce jour.

Il y a les informations. Les dramatiques comme les "légères"


couv
Parmi celles-ci, une nouvelle revue voit le jour. Créée par Jean-Paul Four : Luxure en format pdf. Le lien est ICI

J'en aime bien l'idée et son ouverture vers l'extérieur.
Multiplicité des regards. Diversité des sujets. Parution tous les deux mois, voilà de quoi m'intéresser.

Et quel meilleur voisinage que cette photo pour vous souhaiter tous mes vœux pour 2009 ?

Je vous souhaite tout le bonheur possible, l'aboutissement de vos projets (et notamment un pour une Une ;)), la réalisation de vos désirs et surtout, surtout la Paix !

J'aime encore rêver à un monde en paix, humain et humaniste, où les hommes et les femmes qui le composent tireraient plaisir et richesse de nos différences. Juste un peu. Juste bientôt.




--@--

 

Posté par Exigeant à 16:27 - Exigeant - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 décembre 2008

Il faut arrêter ça tout de suite !!!

Les images se passent de commentaire. Malheureusement !

g_massacro4



g_massacro25



g_massacro24



g_massacro30



g_massacro34

Le Hamas et l'état d'Israël utilisent la population captive de la bande de Gaza. Un massacre est en train de s'accomplir, sous nos yeux embrumés par nos fêtes.

Je condamne les activités du Hamas. Mais je reconnais le droit aux Palestiniens de se doter des dirigeants qu'ils souhaitent, démocratiquement.

Je condamne la politique de l'état d'Israël principal responsable des violences engendrées par cette politique d'asservissement et qui affame un peuple captif. Aujourd'hui il le massacre en toute impunité, avec une violence sans commune mesure.
L'état d'Israël sait très bien que la violence, les massacres, les discriminations ne règleront en rien le problème et ne permettront pas une paix juste et durable.
Je me réjouis que dès vendredi dernier, des rassemblements en Israël réclamaient la fin de l'aventure militaire. J'espère que ces quelques voix grandiront et seront porteuses d'espoir pour la région.

Mais pour l'instant il nous faut réagir, chez nous et vite !
Qu'un fait divers se passe, et nous avons immédiatement un ministre en déplacement, une loi votée à la va-vite...
Sarko est minablement muet.
Kouchner est tapi.
Fillon doit prier à bien d'autres choses.

Nous ne pouvons quand même pas laisser un état massacrer la population civile d'un autre état en toute tranquillité !!!


--@--

Posté par Exigeant à 10:56 - Réactions... - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 décembre 2008

L'Académie du sexe ouverte !

Grâce à nuagedelait, ma commère préférée, je vous informe que l'Académie du sexe a ouvert !!!

Elle  s'appelle Amora, oui oui comme celle qui délocalise en France, ferme ses usines et perd des clients... L'autre Amora a ouvert à Londres. Et elle ne devrait pas manquer de piments à défaut de condiment...

Si quelqu'un a connaissance des premiers résultats, merci de l'indiquer.

Pour en savoir plus c'est ICI

Le site d'Amora (en anglais)


Image3

Image5d

--@--

Posté par Exigeant à 16:30 - Réactions... - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 décembre 2008

Yves Ballu, la conjuration du Namche Barwa

Num_riser2


Jamais facile de parler du plaisir tiré à la lecture d'un livre écrit par quelqu'un que l'on connait bien.

Yves est un passionné de la montagne et un passionné tout court.

Je devine qu'il a tiré un plaisir jouissif à construire l'intrigue, à faire référence, pour s'en moquer, à la vague ésotérique qui déferle sur les polars. A faire apparaître les coulisses du pouvoir (présidentiel) pour mieux s'en jouer et souligner combien il est facile de faire prendre des vessies pour des lanternes...
Il ose aussi instiller le doute sur les valeurs sacrées des hommes de la Montagne. Et si le mensonge était possible ? Et si la raison d'état était supérieure à tout ? Et si c'était ainsi que se construisaient les héros ?

Son livre est un travail ciselé à l'image de ces montagnards qui passent l'hiver dans les alpages en sculptant le bois.

Bouffée de fraîcheur, envie croissante d'arriver au dénouement, Yves nous prend, mine de rien, pour nous emmener très loin. Il nous encorde soigneusement pour nous hisser au sommet de nos illusions.

J'avais déjà beaucoup aimé "mourir à Chamonix" et si vous cherchez une idée de cadeau, ce livre tombe à pic !

Je ne résiste pas au plaisir de vous dévoiler l'image d'Yves dont le regard sans cesse pétillant et malicieux est un réel plaisir.


Yves_Ballu


Pour en savoir un peu plus sur Yves Ballu, c'est ICI.  Ou son blog, Cairn.

Pour la vilaine : lien du livre à la FNAC au prix de 18,96 euros.


--@--

 

Posté par Exigeant à 00:44 - Leurs mots - Commentaires [10] - Permalien [#]